Laurent Tailhade, par Stéphane Mallarmé

Laurent Tailhade, par Stéphane Mallarmé

Quelques Médaillons et portraits en pied

En quelques touches, un portrait de Laurent Tailhade, poète satirique au phrasé abondant, journaliste lettré, féroce pamphlétaire, anarchiste fin-de-siècle, pourfendeur infatigable des cuistres, des bourgeois et contempteur des mœurs sociales de la fin du siècle dernier… habitué des duels, blessé plusieurs fois — notamment par Maurice Barrès…  Un œil crevé dans l’attentat du restaurant Foyot, en plein procès de Emile Henry. Mais Tailhade continue à défendre les interventions anarchistes — quelques mois auparavant, lors de l’attentat à la Chambre des députés, il avait soutenu Auguste Vaillant et clamer :ainsi son admiration « Qu’importe de vagues humanités pourvu que le geste soit beau ! »

*

Frontispice.

À ceux ici par un aigu crayon, le portrait, en phrases, joint de Laurent Tailhade, superfluité : parce que l’auteur, profil monacal et sarrasin de blessé sous des compresses, comme indique l’album, parfaitement pour l’instant se complaît, dans le blanc des pages, à leur silence.

Tant de bruit détonna..

Les journaux ont manqué le défigurer.

L’injure réduite au hasard du sinistre pot de fleur — aucun ne contiendrait ta majestueuse tige, imagination, voilà le sens proposable au brut fait divers — cet ami sortira marqué, obligeamment pour les gens à myopie qui ne l’aperçurent toujours tel. Coutures après combat, mais que nous, lui trouvâmes immémorialement et de ce que c’est, sachant bénir, quelque batailleur au beau froncement ; le Public, à qui importe une réalité, les considérera dorénavant et peut y mettre le doigt.

On a, outre ses vers, inventé des vulgarisateurs, à subite lumière, pour — attirer l’attention — sur l’écrivain ; signataire de merveilles pareilles aux Vitraux et à cet Au Pays du Mufle.

Son chef, hors de linges statuaires, se dégage comme d’une consultation au destin méditative : très sûr, aggravé, mûr, avec le vœu virilement de penser.

— Pourvu que n’ait souffert le vitrage là-haut ! traduit un souci naguère assombrissant l’éveil quand la vie questionne et se retrempe.

Rien, malgré l’accident politique intrus en la pure verrière, je sais celle qui vous occupe, Tailhade, n’y périclita : cuirassée de fragilité à l’épreuve par le préalable bris plombant sa diaprure, dont pas un enflammé morceau d’avance comme la passion le colore, gemme, manteau, sourire, lys, ne manque à votre éblouissante Rosace, attendu et par cela qu’elle-même d’abord simule dans un suspens ou défi, l’éclat, unique, en quoi par profession irradie l’indemne esprit du Poëte.

Quelques Médaillons et portraits en pied

Stéphane Mallarmé

Wikisource, les liens s’ouvrent dans la même fenêtre.
Villiers de l’Isle-Adam
Verlaine
Arthur Rimbaud
Laurent Tailhade
Beckford
[Tennyson vu d’ici]
Théodore de Banville
Edgard Poe
Whistler
Édouard Manet
Berthe Morisot
RICHARD WAGNER. RÊVERIE D’UN POÈTE FRANÇAIS
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s