Franz Xaver Messerschmidt, l’art de la grimace

Poursuivant la tradition de  » l’expression des passions « , les sculptures de Franz Xaver Messerschmidt (1736-1783) constituent une galerie de têtes de caractère aux visages tordus et grimaçants avec excès.

Franz Xaver Messerschmidt

> Les bustes grimaçants de douleur de Franz Xaver Messerschmidt – Site : La boite verte

> Franz Xaver Messerschmidt (1736-1783) – Paris, Musée du Louvre du 28 janvier au 25 avril 2011 – Site  : La Tribune de l’art

L’Artiste tel qu’il s’est imaginé en train de rire

Affiche représentant les Têtes de Caractère (source : « Têtes de caractère », de Franz Xaver Messerschmidt : la beauté du laid )

Publicités

Huysmans (Joris-Karl)

HuysmansMince masque, crevé d’yeux luisants, au nez en doucine, dominé d’une brosse qui s’apâlit. Sur les trottoirs, serré dans un veston bistre, il passe vite, d’une allure frileuse. Rue de Sèvres, ses murs se plaquent de vieilles gravures, d’aquarelles impressionnistes, de fusains ; l’alopécie d’un obèse chat y feutre de poils jaunes les mollets.

Fait, dans tous ses romans, clamer ses revendications par quelque protagoniste : elles portent sur les sautes barométriques, le titre des alcools, l’âcreté du tabac, le tapage des tramways, la bêtise des filles, l’inclémence du bœuf. A inventé une phrase, — une phrase virulente, comminatoire et sans dessous, tatouée de sauvages métaphores, apte à susciter des choses nauséabondes, denses et tumultueuses.

 Effroi des typographes et des relieurs : il exige d’eux des tirages sur papiers hostiles à toute impression, et des reliures en peau d’ornithorynque et de tapir.

 Petit bottin des lettres et des arts